vendredi 17 avril 2009

"Accompagner l'enfant pour l'aider à grandir"

Tel était le titre de la conférence de Philippe MEIRIEU (ancien directeur de l'IUFM de Lyon, aujourd'hui pédagogue et de retour en tant qu'enseignant dans les écoles ou collèges).
Je me suis rendue à cette conférence. Peu de personnes étaient présentes (en majorité des enseignants) mais, étant donné que l'annonce de cette conférence fut tardive, c'est logique.
Cette conférence ponctuait la semaine des pédagogies innovantes qui s'est déroulée sur Roubaix du 23 au 27 mars 2009. Pour P. MEIRIEU, il ne s'agissait pas d'un rendez-vous où serait abordée la question de la semaine des 4 jours et demi, débat lancé justement à ce moment par la mairie de Lille. Il s'est penché sur les conditions favorisant la réussite scolaire. Il a décomposé sa réflexion en 3 temps.

1 - Tout élève est un enfant fragile dans un contexte social tendu. Il nous faut donc être attentif et avoir des exigences éducatives et, ceci, que l'on soit parent ou enseignant. C'est en leur permettant d'avoir des conditions de vie sereines que celles-ci soient éducatives ou matérielles ou ... que nous, adultes, donnerons aux enfants les moyens de se protéger.
Attention à la surstimulation! Depuis quelques années les adultes ont tendance à amener trop d'infos aux enfants qui ont alors des difficultés à construire leurs repères intellectuels. Il faut amener ces élèves à un travail d'organisation très important pour qu'ils réussissent à s'approprier toutes les infos qui leur sont données.
P. MEIRIEU a terminé cette 1ère partie en parlant de la télévision, du rapport que devrez avoir les enfants à la télévision à savoir: être capable de suivre dans son intégralité un programme majeur car tout enfant qui arrive à ça à la maison sera plus concentré et réceptif en classe. Les enfants qui regardent la télé tard le soir ou le matin avant de partir à l'école sont moins attentifs en classe car leur esprit est resté à ce qu'ils ont pu voir à la télé. Une surconsommation d'images, d'émotions, ... met les élèves en difficulté sur le plan scolaire. Il faut donc que nous, adultes, apprenions aux enfants un bon usage de la télé en tant qu'outil d'ouverture sur le monde. Combien d'entre nous prennent le temps de s'installer avec leur(s) enfant(s) pour regarder un programme choisi ensemble et ensuite pouvoir en discuter?
Les meilleures conditions ne sont aujourd'hui pas remplies socialement pour que l'apprentissage à l'école se passe convenablement.

2 - Les rites et rythmes de l'enfant ou comment aider l'enfant à se définir comme un citoyen autonome?
Beaucoup d'élèves ont des difficultés à saisir la différence des situations famille (le privé) et école (le public). Pour faciliter leur éducation, il faut donc clarifier ces moments et ainsi l'enfant pourra se structurer et organiser sa vie correctement. Selon le lieu dans lequel il se trouve, l'enfant doit être capable de se rendre disponible à un certain nombre d'activités. Pour l'aider à passer d'une situation à une autre, il faut introduire des transitions. D'où la nécessité d'introduire des rites (ou rituels) et des rythmes afin d'accompagner la rupture famille / école et de ne pas négliger l'importance de la communication, communication qui permettra la lisibilité de ce qui se passe à l'école dans les familles et qui permettra qu'il y ait des choses qui circulent d'un domaine à l'autre (privé = famille ou public = école).

3 - L'organisation de la semaine.
Penser le temps scolaire c'est le penser pour chaque enfant ("d'où la complexité d'un débat comme celui lancé aujourd'hui par la mairie de Lille" c'est moi qui précise cela!). Il faut penser le temps en terme d'activités sur la semaine (école, loisirs, divertissement, ...).
Avant d'élaborer un scenario, il faut identifier des moments clé, s'interroger sur les formes d'aides apportées ou à apporter, repérer les moments favorables et surtout s'émanciper des formes traditionnelles dans lesquelles on a tendance à s'enfermer. Restructurer le temps scolaire c'est possible mais pour cela il faut envisager plusieurs scenari. Chacun d'entre eux aura des avantages et des inconvénients mais l'un d'eux permettra aux enfants d'apprendre de manière plus claire, plus sereine, plus posée, moins surexcitée, ...

Voilà!!!
Je sais ça peut paraître difficile à lire et donc compliqué mais il est difficile de résumer une conférence - débat. Je n'ai pas voulu étayer plus ce compte-rendu car je ne veux pas trop déformer les propos de P. MEIRIEU.

Billet écrit par Déborah E.

Aucun commentaire: