mardi 19 janvier 2010

Evaluation PISA, Grandes écoles, patrons français... l'avenir de nos enfants

Je viens de lire un article dans un blog Gestion des risques interculturels que je viens de découvrir intitulé "Grandes écoles, petites élites ?".
Cet article est en lien avec le billet de Delphine sur l'évaluation des CM2, car on parle aussi d'évaluation dans l'éducation (PISA par l'OCDE) mais au niveau international. Pas très bonne pour la France mais ceci dû à plusieurs facteurs : non indépendance des "inspecteurs" français vis-à-vis du Ministère EN, "l’enquête insiste plus sur les compétences que sur les connaissances, autrement dit sur la capacité de l’élève à utiliser ses connaissances plutôt qu’à en rendre compte", ce qui est différent du système éducatif français. Dans l'article, l'auteur indique aussi les différences entre le "recrutement" des patrons français et celui des patrons US ou allemands voir suédois où les diplômes comptent moins. On assiste plus chez nos voisins à une ascension verticale (on entre plus tôt dans l'entreprise) et en France, le déplacement est horizontal d'où une présence accrue des mêmes personnes dans les conseils d'administration ou les hautes fonctions des grandes entreprises.

Conclusion, la France est comme la Tour Eiffel : "large à sa base mais rapidement élancée, jusqu’à atteindre une redoutable verticalité…"...

2 commentaires:

Delphine a dit…

Ce n'est pas faute de le dire, qu'il faut parfois savoir regarder comment ça se passe chez les autres !

BP a dit…

Bonjour, merci pour le lien vers mon article.

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez également consulter la vidéo de Yann Algan sur la crise de confiance dans la société française (en cliquant sur mon pseudo).

Vous noterez par exemple l’un des éléments de la conclusion à la 17e minute lorsqu’il pointe une différence fondamentale dans l’approche de la scolarisation de la petite enfance entre la France et les pays nordiques: tandis que la première développe les capacités cognitives des petits enfants, les seconds développent les capacités coopératives entre enfants…

Cordialement,
BP