lundi 20 décembre 2010

Se retrouver en famille autour d'une table : pourquoi est-ce important ?

On n’a pas toujours le temps et l’énergie de préparer un repas familial et de se mettre tous ensemble autour d’une table. Souvent, on décide de se faire livrer un repas et de le manger en famille devant un bon film. Oui mais…

Selon vous, quelle est la bonne fréquence ?
On parle de quatre repas en famille par semaine comme d’une bonne moyenne. Les professionnels doivent encourager les familles à faire du repas familial une priorité, les distractions comme la télévision, la radio et le téléphone doivent être évités le plus possible.

Quel rôle sur la santé des enfants ?
Le repas familial, pris ensemble joue un rôle de régulation. La famille peut exercer une grande influence sur l’équilibre et le comportement alimentaire des enfants, donc sur le statut pondéral. La France rattrape les Etats-Unis, avec un taux d’obésité infantile de 16%, qu’on attribue au grignotage entre les repas, au manque d’activité, mais aussi à l’absence des repas en famille. Le repas familial permet aux enfants et aux adolescents une alimentation plus saine et plus variée. Une plus grande fréquence des repas familiaux est associée à une plus grande prise de fruits et légumes et de produits laitiers, et moins de fritures, de sucre et de soft drinks.

Permet-il d’éviter les troubles alimentaires ?
Encore une fois, la table régule la prise alimentaire qui se fait sous le regard de l’autre, témoin et garant d’un comportement alimentaire « normal ». Il est important de garder un minimum du rituel du repas, à la fois pour la séquence alimentaire, et parce que manger ensemble, c’est aussi échanger des indentifications et des symboles dont nous avons besoin les uns et les autres. De plus, si la nourriture est dénuée de tout son sens, social, familial et symbolique, les individus sont livrés aux compulsions, boulimie et autres troubles du comportement alimentaire aggravés par la solitude et l’absence de références.
Le repas familial, dans le sens où il est « structurant », sécurisant pour l’enfant et l’adolescent, peut dans une certaine mesure, diminuer les comportements à risques (comportements autodestructeurs induits par une grande insécurité affective).

Est-ce un facteur de socialisation ?
Bien sûr ! Il est important que les enfants soient mêlés à la préparation des repas aussi souvent que possible, ce qui augmente le sentiment d’unité familiale. Le repas familial est bien plus que le lieu où l’on absorbe de la nourriture, c’est aussi un lieu d’échange et de « remplissage affectif ». Une certaine intégration s’y matérialise. La table joue un rôle prépondérant dans l’éducation des enfants, l’apprentissage de la politesse, des règles sociales du « bien vivre ensemble ». Elle a aussi son importance dans les rapports parents /enfants, dans les rencontres avec la famille, les amis et également les étrangers. Manger permet à la fois d’être ensemble, de communier sans nécessairement communiquer verbalement. La table est un haut lieu d’échanges symboliques.

Faut-il « forcer » les enfants à venir à table ?
Oui et non. C’est un peu plus compliqué que ça. Même si ils se font parfois prier, les enfants, comme les adolescents, plébiscitent le repas familial. L’adolescent a besoin de répétitions. Si on le lui propose, il vient (parfois il faut l’appeler 10 fois). Il parait s’y ennuyer profondément, il bougonne, mais il est présent pour affirmer son identité et sa différence. Il a besoin d’être avec pour être « contre ». Il faut « tenir bon » car cette tradition du repas en famille a une influence positive sur le développement du langage, et aussi sur la compétence en littérature : on communique, on s’exprime, on se raconte et on y raconte la vie ! Enfin dans la mesure où 80% des femmes travaillent aujourd’hui, c’est aussi le lieu des « retrouvailles » familiales. Les enfants participent aux échanges et « entendent » la vie des adultes, les liens familiaux s’y concrétisent.

Propos recueillis par Julie Montaudon
Via Graine de Curieux, Par Dominique Adèle Cassuto, Médecin nutritionniste

Aucun commentaire: