lundi 24 octobre 2011

J'suis RAS et toi ? Moi à Haut risque

Le Ministère de l’Éducation a fait une proposition aux inspecteurs sur une évaluation en grande section de maternelle issu du livret "Aide à l'évaluation des acquis en fin d'école maternelle" (Le Monde du 12/10/2011). 3 phases prévues (voir le texte "protocole d'évaluation GS") :
  • Phase 1 : entre novembre et décembre, dite de "repérage" : l'enseignant passerait au crible le comportement à l'école, le langage, la motricité et la "conscience phonologique" des élèves.
  • Phase 2 qui consisterait en un "entraînement progressif (…) avec les enfants repérés à risques lors de la phase 1".
  • Phase 3 : étape bilan, entre mai et juin, permettrait de faire le point sur les acquis des élèves par des "séries d'épreuves collectives ou en petits groupes – d'une durée d'environ trente minutes par série".

Et voilà la nouvelle solution de notre cher Ministre ! Catégoriser nos enfants dès leur plus jeune âge, ne pas les laisser s'épanouir, les "faire entrer dans une case".
Les enseignants ne seraient là que pour évaluer les élèves au niveau médico-social... ? Comme le signifie SUD Education : cela nous rappelle le fameux rapport Bénisti et la « détection précoce de la délinquance ».

Se tromper, faire des erreurs est formateur. Par ailleurs, pourquoi ficher des enfants dès l'âge de 5 ans ? Les enseignants peuvent repérer des enfants aux comportements difficiles et essayer de travailler avec lui, ses parents et les professionnels de l'enfance comme les RASED (qui disparaissent !), le personnel de la médecine scolaire (en pelin démantèlement). N'oublions pas : des classes moins surchargées et donc pas de suppression de classes ou de postes d'enseignant.

Quelques réactions ici !

2 commentaires:

Delphine a dit…

il faut être abonné au Monde pour voir les réactions :(

Cette évaluation me fait tout simplement peur : peur des débordements, des stigmatisations. Laissons nos enfants vivre et respirer, faire des bêtises, se tromper, être fier des progrès qu'ils peuvent faire suite à ces erreurs, apprendre de leurs bêtises Mais aussi laissons les enseignants faire leur travail, faisons leur confiance : ils passent 24h par semaine avec nos enfants et sont tout à fait apte à repérer les enfants en difficulté comme ceux aux comportements difficiles. Et puis qu'on arrête de supprimer les postes des maîtres E et G dont le travail est effectivement d'aider les enseignants (et les enfants) dans ces cas là !

Deborah P. a dit…

Oups ! Dsl pour le dernier lien mais je dois être abonné par le boulot car j'y accède !